Enregistrer une certification au RNCP ou au Répertoire Spécifique

Enregistrer une certification au RNCP ou au Répertoire Spécifique constitue un exercice éprouvant, mais pas impossible.

Que sont les répertoires nationaux RNCP et RS ?

RNCP : Répertoire National des Certifications Professionnelles

RS : Répertoire Spécifique des Certifications et Habilitations

La loi n°2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel a créé France Compétences. Cette institution nationale publique est placée sous l’autorité du Ministère en charge de la formation professionnelle. Au sein de cette institution, a été installée une commission de la certification professionnelle. Celle-ci a pour mission d’émettre des avis conformes liés aux demandes d’enregistrement aux deux répertoires nationaux.

Les certifications professionnelles enregistrées au RNCP permettent une validation des compétences nécessaires à l’exercice d’activités professionnelles. Le RNCP contient :

  • des diplômes (enregistrement de droit) pour les besoins des services de l’Etat, établissements publics…
  • des titres à finalité professionnelle (enregistrement sur demande) par tout personne morale

Leur référentiel s’organise en blocs de compétences. Ces blocs homogènes et cohérents contribuent à l’exercice autonome d’une activité professionnelle, en correspondance avec un métier identifié

Photo de Scott Graham sur Unsplash

Les certifications du Répertoire Spécifique des Certifications et Habilitations (RS) correspondent à des compétences professionnelles complémentaires aux certifications professionnelles. Le Répertoire Spécifique contient trois types de certifications :

  • les habilitations (découlant d’une obligation légale ou règlementaire, par exemple habilitation électrique, sauveteur secouriste du travail…)
  • les certifications de compétences transversales : compétences mobilisables dans diverses situations professionnelles indépendantes d’un contexte professionnel particulier,
  • les certifications de compétences complémentaires à un métier, en lien avec une spécificité particulière

Pour quelles raisons enregistrer une certification au RNCP ou au Répertoire Spécifique ?

La principale motivation des demandes d’enregistrement est l’éligibilité des formations au Compte Personnalisé de Formation (CPF). Sachons qu’il est aussi possible de solliciter une habilitation pour former et/ou évaluer auprès d’un certificateur. Ce scénario n’est réalisable que si le certificateur a déclaré accepter des partenaires. Pour cela, il convient de rechercher les correspondances possibles avec des titres ou des certifications existants et s’adresser à leurs certificateurs.

Une autre raison est la notoriété à laquelle un organisme de formation peut prétendre. Un enregistrement à un répertoire national constitue une reconnaissance forte de l’Etat. La sélectivité est ici particulièrement rude avec 82% de dossiers refusés en répertoire spécifique et environ 50% au RNCP. Faire partie des élus signifie que votre formation et votre ingénierie de certification sont des gages incontestables de qualité de votre organisme.

Crédit photo Van Tay Media

Les composantes d’un dossier de demande d’enregistrement au RNCP ou au Répertoire Spécifique :

Quatre axes de travail sont à prendre en compte pour enregistrer une certification au RNCP ou au Répertoire Spécifique. Ces axes sont :

  • l’opportunité du projet,
  • la valeur d’usage de la certification,
  • le référentiel d’activités, de compétences et d’évaluation,
  • les modalités d’organisation de la certification.

L’opportunité du projet

Au regard des besoins du marché de l’emploi (à ne pas confondre avec le marché économique du secteur dans lequel s’inscrit la formation). Il faut pouvoir étayer son propos avec des preuves factuelles : études, ouvrages, enquêtes, témoignages qui mettent en évidence le caractère idoine de votre proposition en réponse aux attentes du « sacro-saint » marché de l’emploi. Cette partie est à notre avis la plus importante.

La valeur d’usage de la certification proposée

Pour le RNCP, il faut apporter la preuve de deux cohortes de candidats certifiés sur deux années, et que la majorité des titulaires se soient insérés dans un emploi ou une activité professionnelle en correspondance avec la certification délivrée.

Pour le RS, il est indispensable de mettre en place une session test et que celle-ci ait contribué à insérer les candidats dans une activité en correspondance avec les caractéristiques de la formation suivie. Il convient de recueillir des témoignages d’entités utilisatrices (lauréats, entreprises clientes…) désignant précisément le projet de certification (et non pas à votre organisme de formation). Combien de lettres ? Le nombre ne fait pas la qualité, mais il faut toutefois un minimum. Entre cinq et dix courriers pourraient suffire, attention toutefois à ne pas proposer de courriers types qui auraient pour conséquence d’obtenir plusieurs fois la même lettre signée par une institution différente. Cette tâche exige un important investissement que vous ne pouvez confier à d’autres personnes que vous-mêmes qui connaissez vos partenaires, et donc vous seuls qui pourrez vous approcher d’eux pour solliciter leur appui.

Le référentiel de compétences et d’évaluation

La base documentaire de France Compétences décrit clairement les règles de rédaction des compétences : verbe d’action + objet + comment + pourquoi. Le référentiel doit exprimer les critères d’évaluation, de manière à ce que celle-ci puisse être sans équivoque pour l’évaluateur. Ce document est à construire sur la base de l’observation et l’analyse d’un métier (RNCP) ou d’une activité professionnelle (RS). Le référentiel doit couvrir la totalité des compétences à requérir pour l’exercice de l’activité professionnelle visée. Ce travail « technique » nécessite un savoir-faire particulier en ingénierie de formation et de certification que vous pouvez confier, sous votre contrôle, à un professionnel.

Les modalités d’évaluation

Celles-ci doivent rendre possible l’évaluation de toutes les compétences déclinées de manière exhaustive. Les conditions de déroulement de l’examen, le rôle et la composition des jurys sont à décrire. Cela peut être généralement garanti par un règlement d’examen. Des informations à l’attention des jurés, du responsable de session d’examen pourront être réunies dans une procédure ou dans un guide. Cet exercice doit permettre de penser des mises situations professionnelles, simulées ou différées. Celles-ci doivent permettre la démonstration de la maîtrise des compétences attendues.

France Compétences a publié sur son site une base documentaire très détaillée et actualisée.

Vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement ou d’un soutien à l’ingénierie de certification pour l’enregistrement d’une certification au RNCP ou au Répertoire Spécifique ? Sensus-Actio vous accompagne dans l’ensemble des travaux d’ingénierie de certification, de l’étude d’opportunité jusqu’au dépôt du dossier sur la plateforme de France-Compétences. Contactez-nous pour plus d’informations : https://sensus-actio.com/contact/